MINT SA – Energie, mobile et des options

I. Présentation

La société MINT (ex Budget Telecom) se définit comme un fournisseur de services éco-responsables à destination du plus grand nombre et au meilleur prix. Créée en 1999 et basée à Montpellier (cotée sur Alternext depuis 2006), l’entreprise fut dans un premier temps positionnée sur le marché des télécoms, fournissant des abonnement mobiles ou internet à ses clients. Subissant le déclin de son marché suite à la baisse des prix généralisée, le groupe a décidé de s’attaquer au marché de l’énergie en 2014. Il a repris le concept qui a fait son succès : être un intermédiaire entre le client et le fournisseur en proposant une offre simple et économique, grâce à un contrôle des coûts strict. La marque Mint Energie a ensuite été lancée le 3 avril 2017, et se proclame être le premier fournisseur d’électricité « Smart & Green ». Depuis, MINT a clairement pris le virage du vert et se positionne sur tous les aspects de ce qui était autrefois une niche : électricité 100% renouvelable, économique, plantations d’arbres…

Mint SA est dirigé par M. Kaled ZOURRAY, fondateur de budget Telecom. Il a su faire revivre son entreprise de ses cendres en reprenant ce qui a fait sa force sur un secteur bien plus porteur… L’entreprise s’appuie maintenant sur son pôle Énergie pour construire son avenir. Dans cette analyse, nous allons essayer de nous projeter en imaginant le futur, car Mint possède un profil excitant où les possibilités sont nombreuses, mais nous essayerons de rester les pieds sur terre, car nous essayons de ne pas placer notre argent durement gagné en nous basons sur des rêveries…

Par ailleurs, vous retrouverez une grande quantité d’informations de qualité sur l’entreprise à travers le blog (http://stm-market.over-blog.com/) mais surtout le compte Twitter de Value (https://twitter.com/ValueInvest_HQ) qui la suit de près, et apportent en toute modestie son éclairage et des données sur le titre, sur lequel nous nous baserons dans cet article. Il a cru en cette entreprise bien avant que ce retournement paraisse évident.

Il est à noter, qu’en juillet 2019, l’entreprise a procédé à une augmentation de capital (3,23M€) qui a permis l’entrée au capital de la Holding Gay, investisseur historiquement engagé sur le marché de la transition énergétique et des énergies renouvelables. Ce renforcement des fonds propres sera utilisé pour accompagner la croissance de l’entreprise. À la suite de cette augmentation de capital, le nombre d’actions s’élève à 5 692 167, et la Holding Gay devient l’actionnaire majoritaire en terme de capital et de droit de vote.

Le bilan de l’entreprise est solide, avec une trésorerie nette de 11 M€ à la fin de l’année 2019. (équivalent à 2€ par action, contre un cours à 6,6€)

En 2020, l’activité de Mint SA se réparti entre ce qui reste de l’activité télécom (Mint Mobile) et l’énergie (Mint énergie). L’évolution du CA entre ces deux activités sur les quatre dernières années montre bien la mutation opérée.

La partie énergie croît de manière considérable pendant que le segment mobile se tasse.


II. Telecom

Le CA télécom est en baisse constante depuis plusieurs années, mais ce segment n’est pas pour autant laissé à l’abandon. Les services télécoms concentrent à la fois le passé (Budget Télécom) et le futur (mint mobile). L’idée est de fédérer une base clients autour d’une même marque proposant des services différents. Les clients télécoms, pourront être intéressés par les offres énergie et vis et versa. On s’appuie et communique autour de valeurs communes (éco responsable, qualité du service, économie) et on propose des réductions si vous êtes déjà membre d’un service, construisant ainsi une base clients unifiés. Au vu de son poids dans le CA actuel (et sûrement futur) et sans données précises sur le développement de ce segment, nous n’accordons pas beaucoup plus de temps à Mint mobile. Mais il est symbolique des ambitions et du modèle futurs de Mint.

Si l’on estime le lancement de mint mobile, et de l’afflux de nouveaux abonnés énergie vers les offres mobiles, on peut, en étant conservateur, considérer que l’activité télécom va à minima se stabiliser, et au mieux légèrement croître dans les années à venir. Nous optons pour une stabilisation. Nous avons donc une activité télécom à 4,5/5 M€ produisant 1,5 M€ de marge brut. Cette activité mature pour le groupe pourra être valorisée autour de 5M€ (0,88€/actions)

Pour l’instant, la marge brute provient toujours majoritairement du mobile (historiquement autour de 40% du CA).


III. Mint énergie

Dans ses premières années, le développement du segment énergie a pesé fortement sur la marge du groupe, mais avec l’objectif d’obtenir rapidement une taille critique. Étant donné où ils en sont aujourd’hui, on peut considérer cela comme un investissement efficace. L’apparition dès 2019 d’un ebitda franchement positif est porteur d’espoir pour le futur et est synonyme d’une amélioration forte de la rentabilité du pôle Energie. Le résultat net légèrement négatif (-0,35M€) en 2019, devrait pouvoir passer dans le vert sur l’exercice 2020. Mais même si cela n’était pas le cas, nous pourrions nous en contenter car cela aura permis de pousser toujours plus l’acquisition clients.

À fin 2019, Mint comptait plus de 85 000 abonnés dont environ 60 000 abonnés Mint Energie (+37 000). La croissance est considérable (doublement du CA HT), et devrait permettre au groupe de viser, plus rapidement que prévu, l’atteinte d’une taille critique.

On constate ici que le suivi précis du nombre d’abonnés aux offres énergies est un facteur déterminant dans notre objectif de suivi et d’anticipation des publications de l’entreprise. Mais contrairement à un site ecommerce (miliboo) ou à un service software (claranova), les indicateurs que nous utilisons habituellement (visites, trafic, nombre d’avis, téléchargement d’applications, …) ne sont pas adaptés à ce type de business. On pourrait toutefois utiliser le trafic généré par son site internet, passage obligé des abonnés, qui en effet génère un trafic exponentiellement croissant. Pour information, aujourd’hui, le site de Mint Énergie génère un trafic égal à 10% celui de Direct-Energie, racheté 2 Milliards de dollars par Total il y a 5 ans…

Mais heureusement, des investisseurs publient régulièrement des estimations de ce nombre d’abonnés. Au premier rang de ceux-là, sur Twitter, le fameux ValueInvest_HQ fait un suivi remarquable. (Abonnez-vous à son compte, si ce n’est pas déjà fait :https://twitter.com/ValueInvest_HQ)

Nous avons ainsi, un accès direct aux taux d’acquisition court terme (7 jours) et long terme, nous permettant de faire des projections précises sur le futur nombre d’abonnés aux offres énergies et d’anticiper les tendances.

Dans sa dernière publication, Value estime le nombre d’abonnés à plus de 115 000 à fin mai. À cela il faut retrancher un pourcentage d’attrition (la perte de clients au fil du temps), qu’il estime à environ 10% par an. Son suivi indique une moyenne d’acquisition de 129 abonnés par jour depuis 03/2019. La tendance semble s’accélérer sur les dernières semaines (supérieur à 200 abonnés par jour, voir 300 ces derniers temps).

En partant de ces données, nous décidons d’effectuer une projection à 3 ans en fonction de 3 scénarios incluant une attrition de 10% par an:

  • Acquisition de 100 abonnés par jour
  • Acquisition de 200 abonnés par jour
  • Acquisition de 300 abonnés par jour

Cette équation simpliste nous offre un range de possibilités concernant le développement de Mint énergie : entre 165 000 et 415 000 abonnés d’ici 2023. Et entre 90 000 et 163 000 pour fin 2020.

La valorisation d’un abonné Mint énergie n’est pas simple à déduire. L’activité est encore très jeune, l’entreprise est en forte croissance et ne dégage pas encore de revenus nets. Cependant, différentes acquisitions de petits et moyens acteurs du secteur en Europe, nous donnent une fourche de valorisation allant de 200 à 400€ par client.

En jouant sur toutes ces hypothèses et projections (3 scénarios pour la croissance et 3 scénarios pour la valorisation par client), nous sommes en mesure de se représenter le range de possibilité de valorisation pour la partie énergie.

Ce graphique, à défaut d’être très lisible, permet de se rendre compte de l’écart de valorisation possible du pôle énergie, et de l’importance de suivre l’évolution de l’acquisition clients. Si l’on souhaite obtenir une lecture plus rapide et un scénario médian, nous pouvons toujours utiliser l’hypothèse moyenne d’acquisition client de 200 abonnés/jour, nous pouvons cette fois obtenir un range de valorisation pour Mint énergie qui va de 58 M€ (10,2 €/action) à 116 M€ (20,5 €/actions) en 2023.

Pour 2020, cela nous donne une valorisation entre 4,5 et 9 €/action. En faisant abstraction de l’activité télécom, nous retenons que le marché valorise actuellement Mint SA (6,5€/action) à un scénario moyen de 200 abonnés par jour sur l’année et une valorisation moyenne de 300€ par abonné. Le marché ne prend pas trop de risques, mais on ne peut pas dire qu’il sous valorise totalement l’entreprise à l’instant T (en ne considérant pas la trésorerie nette tant que l’entreprise n’est pas rentable). Par contre, on constate clairement que le marché n’attribue pas encore de valeur aux options possibles pour l’entreprise, et ses développements. C’est si l’on croit à cet aspect que l’entreprise devient fortement décotée. Et le rôle de l’investisseur (ce que nous sommes par définition) est de se projeter dans le futur. Si nous décidons d’investir sur un horizon de 3 ans, tout en conservant un scénario de valorisation de 300€ par abonné, nous pourrions viser entre 10€ et 20€ par action pour la partie énergie en 2023. Bien entendu sur cette période, le marché pourra fluctuer en fonction de la progression de l’acquisition clients et de ses humeurs à l’intérieur du range de valorisation.

En complément, nous pouvons noter la confirmation de l’intérêt pour les offres de Mint, avec un trafic organique qui a plus que doublé en un an et multiplié par 3,5 par rapport à fin 2018. La dynamique est présente et ne se résorbe pas, confirmant les chiffres d’acquisitions clients précédents. Ce suivi pourra donc aussi s’avérer utile pour déterminer le succès des offres du groupe et de l’acquisition clients.


III. Valorisation

Mint SA, à 6,5€/actions ne semble pas foncièrement sous-évaluée dans un scénario standard sans croissance ni développement de la qualité du business modèle, mais possède un profile atypique et très intéressant si l’on est capable de suivre précisément et régulièrement l’évolution de son acquisition clients.
En se positionnant dessus avec cet horizon de 3 ans, nous pouvons viser une valorisation entre 12,8€ et 22,8 € par action, contre 6,5€ aujourd’hui. Soit, dans les deux cas, un rendement annualisé très intéressant.

  • Mint mobile : 0,8 €
  • Mint énergie : 10 – 20 €
  • Cash net : 2€

Porté par cette poche de cash net, le bilan est très solide et s’il ne servira pas à une accélération de l’acquisition client, sera un matelas de sécurité pour l’entreprise qui pourra alors se lancer dans de nouveaux projets sans avoir à lever de fonds.

IV. Développements et options

Pour aller au-delà, nous pouvons tenter de nous projeter encore un peu plus, car l’entreprise évolue. Pour ses 20 ans, Mint « fait peau neuve », et se lance dans plusieurs projets, toujours autour de son mantra écologique et développement durable. Une offre gaz sera lancée au second semestre, avec un potentiel important si l’on considère la base clients existante qui deviendra une cible marketing très facile (et peu onéreuse) à séduire. La vidéo de présentation nous offre également un nouveau projet avec Mint Market. Nous n’avons pas plus d’informations sur le sujet pour l’instant, mais cela montre la volonté de construction d’une offre de service complète autour de la marque MINT et du thème « écologique ». Si l’on croit en notre valorisation précédemment présentée, tous ces projet sont pour l’instant offerts au cours actuel. Des options non-négligeables …

Dans le contexte actuel, les sources de croissances sont nombreuses, presque infinies. Mint semble idéalement positionnée pour profiter de la nouvelle donne mondiale qui se profile à la suite de la crise que nous vivons. Tous les acteurs poussent vers une électrification des activités et vers une électricité bas carbone.

Ci-dessous deux exemples : la page d’accueil d’amazon.fr au 22/07/2020 et un poste Twitter de Tim Cook du même jour. Cela se passe de commentaire.

Dans le même temps, les gouvernements, européens en premier lieu, pousse pour le développement de ces solutions avec des plans d’investissements pratiquement jamais vu.

D’un côté plus micro, même au niveau des ménages, le coeur de cible initial de Mint, la demande en énergie verte à la maison devrait exploser dans les prochaines années. Voici quelques « motivations » qui devrait faire augmenter la consommation électrique des foyers (et donc le CA de Mint énergie) que nous relevons :

  • Développement des voitures électriques, qui seront majoritairement rechargées à la maison
  • Croissance de la part de télétravail, et globalement de la présence à la maison
  • Jeux en lignes et streaming en expansion
  • Réduction des chaudières au fioul au profit de l’électrique

Nous avons longtemps été hésitants sur le dossier, mais l’entreprise nous a prouvés récemment qu’elle est en mesure d’évoluer et se positionne désormais pour proposer des services en relation avec la nouvelle donne sociétale et environnementale. Peut-être un futur acteur inévitable du paysage économique français.


Note 1 : A la date de publication de l’article, nous sommes actionnaires de Mint SA.

Note 2 : Cette analyse n’est en aucun cas une recommandation ou un conseil boursier. Nous présentons ici nos recherches et nous expliquons notre démarche, mais cela n’est en aucun cas une incitation à nous suivre. Cet article ne représente que notre avis personnel et ne constitue en aucun cas un conseil d’achat ou de vente. Nous vous recommandons de faire votre propre analyse.